Gérard Mestrallet remet 150 propositions à François Hollande pour l’emploi des jeunes

 
 

Gérard Mestrallet, Président de FACE et PDG de GDF SUEZ, a remis le 25 avril 2014 ses propositions au Président de la République sur la mobilisation des entreprises pour l’emploi, tout particulièrement pour l’emploi des jeunes, en présence des ministres François Rebsamen et Najat Vallaud-Belkacem.

 

Une démarche d’intérêt général

Comment mobiliser les entreprises en faveur de l’emploi, notamment de l’emploi des jeunes ? Quels leviers, quelles initiatives, quelles innovations ? Quel est le rôle des entreprises dans les enjeux sociaux et sociétaux ? Trois questions majeures auxquelles les entreprises sont à même de répondre et une réflexion que la Fondation FACE s’est engagée à impulser auprès du Président de la République et du Gouvernement en décembre 2012.  Une réflexion co-construite pendant un an, à partir des contributions des 4 750 entreprises engagées au sein du Réseau FACE et de ses parties prenantes nationales et locales. Le rapport Mestrallet est le premier du genre ; jusqu’alors jamais les entreprises responsables n’avaient été aussi directement sollicitées pour proposer des orientations opérationnelles en faveur de l’emploi.

  Forte d’une légitimité unique, l’entreprise peut et doit se mobiliser face à l’urgence du chômage. Responsable et solidaire, elle doit renforcer sa capacité d’accompagnement des demandeurs d’emploi, avec des actions simples et concrètes. Nous souhaitons, avec FACE et ses partenaires, accompagner la mise en œuvre rapide de ces actions et en mesurer l’efficacité grâce à un baromètre annuel.
Gérard Mestrallet Président de FACE, PDG de GDZ SUEZ

5 priorités et 150 propositions ambitieuses et réalistes

Avec ses 5 priorités et ses 150 propositions, le Président de FACE démontre que la mobilisation des entreprises pour l’emploi est possible. Lors de la conférence de presse qui a suivi la remise du rapport au Président de la République, cette mobilisation  fut illustrée par la présence de 5 acteurs représentatifs de l’économie française : Pierre Mongin (PDG du Groupe RATP), Alain Roumilhac (Président de ManpowerGroup), Dominique Schott (Président d’Opcalia), Mercedes Erra (Fondatrice de BETC, Présidente Exécutive d’Havas Worldwide) et Clare Hart (Directrice de la PME ILO, Présidente de FACE Hérault). Chacun a présenté une des 5 priorités du rapport Mestrallet pour lequel ils ont collaboré.

 

confernce_de_presse_25avril2014


Première priorité : rapprocher durablement l’entreprise et l’école.

Les acteurs économiques doivent contribuer à la découverte des métiers, par les élèves et les étudiants, comme à la diffusion des savoirs techniques et industriels. Cette découverte et ces échanges doivent se faire également au niveau des enseignants, auxquels les entreprises doivent ouvrir leurs portes pour mieux leur faire comprendre les atouts et les contraintes de la vie en entreprise. Les futurs enseignants doivent être formés à la découverte de l’entreprise et être accueillis en stage. Cette découverte et ces échanges doivent être mutuels : localement, les entreprises doivent s’engager dans des partenariats avec les établissements scolaires.
Il est essentiel que l’école forme non seulement des salariés du secteur public ou du secteur privé mais aussi des entrepreneurs. Il faut apprendre la création d’entreprise à l’école. Il convient, à cette fin, d’organiser des Assises nationales de l’orientation, de l’éducation, de la formation et de l’insertion avec les entreprises, sur la base d’expérimentations locales et d’assises régionales.

Deuxième priorité : faire de l’alternance une voie d’excellence.
En la généralisant à l’ensemble des pratiques d’orientation, d’éducation, de formation, de qualification, d’accès à l’emploi et de sécurisation des parcours, l’alternance affirme la place de l’activité en entreprise dans la découverte d’un métier, comme dans le développement des compétences. Son ouverture, à tous les âges de la vie, aux « stagiaires de la formation professionnelle », à des chômeurs de longue durée ou aux contrats aidés, permettra de développer une véritable culture de l’alternance en France. FACE considère que l’alternance est une voie d’excellence pour mener à l’emploi à travers un parcours de formation de qualité.

Troisième priorité : mobiliser les moyens de formation et d’accompagnement des entreprises en faveur des chômeurs
En permettant aux acteurs économiques d’ouvrir leurs centres de formation internes aux jeunes et aux demandeurs d’emploi ou de prendre en compte leurs dépenses d’accompagnement et de parrainage en tant qu’« action de formation », il s’agit d’inciter les entreprises à s’engager directement auprès des sans-emploi. La création d’un crédit d’impôt « innovation sociale » et le développement de toutes les formes de mécénat social doivent favoriser la mobilisation des entreprises.

Quatrième priorité : faire de la mixité des métiers la « grande cause nationale 2015 ».
L’entreprise peut constituer un levier en faveur de l’égalité femme / homme. La mixité des métiers doit non seulement favoriser l’égalité des chances et la non-discrimination mais aussi rendre plus fluide et plus juste le marché du travail. Ainsi, chaque établissement de formation doit diffuser des statistiques sexuées sur la composition de ses effectifs comme sur l’accès et les conditions d’emploi. Les entreprises sont appelées à s’engager sur la mixité des métiers et à renforcer le dialogue social sur l’égalité femme/homme, dans le cadre de plans territoriaux ainsi qu’à l’international.

Cinquième priorité : agir au plus près des territoires
La cinquième priorité est d’organiser les dynamiques locales en faveur de l’emploi des jeunes autour de la Région. Il s’agit de renforcer la cohérence entre les acteurs de l’emploi local (Missions Locales, PLI, Maisons de l’Emploi, réseaux d’entreprises, …) et les acteurs régionaux de l’orientation, de l’apprentissage, de la formation et du développement économique. Le renforcement des relations de Pôle emploi avec les entreprises et le développement d’associations d’entreprises socialement engagées sur les territoires est préconisé.

 

Au-delà de leurs fonctions économiques, PME, ETI et grands groupes jouent un rôle en faveur de l’emploi, de la formation et de l’insertion, au côté et en complément de la Puissance Publique. Ce rapport en est aujourd’hui la preuve.

 

Télécharger le rapport « Mobiliser les acteurs économiques en faveur de l’emploi et de l’emploi des jeunes – 5 priorités – 150 propositions » par Gérard Mestrallet, Président de FACE
Télécharger le communiqué de presse

 

Crédits photos : M Solal, SIPA – Pierre Villard

11 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour bloquer les robots et les commentaires indésirables, nous demandons à l\'internaute d\'effectuer une opération simple avant de poster son message. Merci de votre compréhension.