Blog Archives

Le 29 juin à Bruxelles, de nombreux acteurs de l’insertion professionnelle se sont réunis à l’occasion de la conférence ANEETS, qui signe la fin d’un projet d’envergure européenne sur les formes créatives de formation en alternance pour les NEET – jeunes « ni à l’emploi, ni aux études, ni en formation ».

A l’heure où les jeunes en décrochage scolaire souffrent du manque d’employabilité, le nombre de NEET ne cesse d’augmenter en Europe. La formation en alternance est une solution efficace pour professionnaliser ces jeunes et pour les insérer dans le monde du travail.

Plus de 70 participants à la conférence ANEETS, venus d’entreprises (ENGIE, Sodexo Benelux, Audi…), de centres de formation (IFAPME…), de missions locales mais aussi de syndicats (SNI et SIPTU), de décideurs ou encore d’ONG, ont échangé autour d’une table ronde sur la responsabilité sociétale des entreprises et ont partagé leurs bonnes pratiques pour favoriser l’intégration des jeunes.

Partant des résultats du projet ANEETS, La Fondation FACE et ses partenaires ont proposé des solutions :

  • Des outils pour faciliter l’accès des jeunes à des formations qualifiantes dans les secteurs de l’HORECA, de la métallurgie et des technologies de l’information. Ces outils favorisent les échanges entre entreprises et acteurs de l’insertion professionnelle.
  • Créer des synergies entre les acteurs de l’insertion socioprofessionnelle.
  • Valoriser les métiers en pénurie pour assurer un avenir professionnel serein aux jeunes.

Retrouvez prochainement les résultats du projet ANEETS sur http://www.aneets.eu/

No Comments

Ce jeudi 30 juin 2016 débute la 1ère édition du salon VIVA TECHNOLOGY à Paris (Porte de Versailles) jusqu’au samedi 2 juillet. Organisé par le Groupe Les Echos et Publicis, ce salon est le premier grand rendez-vous de portée mondiale avec tous les acteurs de la transformation digitale. En effet, de très nombreuses start-up seront présentes, sollicitées par les grandes entreprises pour les aider à se transformer.

Au programme, 30 000 participant.e.s, 5000 startup, 2000 grandes entreprises, etc. sont attendu.e.s durant ces 3 jours pour débattre, s’associer et relever le défi de la transformation digitale.

La Fondation FACE sera présente tout au long de ces trois journées riches en découvertes et présentera ses projets à vocations digitales aux visiteur.e.s et professionnel.e.s. Sur le stand FACE sera donc présent la plateforme digitale facealemploi qui portera haut les couleurs de l’innovation sociale et du digital inclusif. Il sera possible pour les candidats de découvrir une nouvelle manière de se mettre en avant auprès des recruteurs : le CV vidéo ; et aux recruteurs de découvrir une plateforme innovante favorisant la diversité et les talents.
(Plus d’info sur facealemploi au salon VIVATECHNOLOGY)

FACE présentera également au public de VIVATECHNOLOGY son projet national TEKNIK qui vise à faire découvrir les métiers de l’industrie aux jeunes à travers un outil innovant : le cubtile. Cet outil est une interface tactile qui permet une plongée en 3D dans différents environnements industriels, qui rend l’apprentissage beaucoup plus ludique et change la perception de l’industrie auprès des jeunes.


Présentation du projet TEKNIK par projetteknik

Nous vous donnons rendez-vous sur notre stand dès jeudi à 14h jusqu’à samedi fin de journée.

No Comments

Le 4 juillet s’est tenu l’évènement de restitution du projet CARVE : Companies Against gendeR ViolencE (« Les entreprises contre les violences de genre ») aux Ministères Economiques et Financiers. A cette occasion, le guide pour les entreprises « Agir contre les violences faites aux femmes » a été présenté. Il constitue le livrable final du projet et vise à outiller les entreprises qui souhaitent s’investir dans la lutte contre les violences perpétrées en dehors du lieu de travail. Bonnes pratiques, conseils, infographies, le livret rassemble toutes les informations utiles pour créer un cadre favorable à la prise en charge des victimes de violences.

La présentation du Guide a été suivie de deux tables rondes :

  • « Agir contre les violences faites aux femmes au sein des entreprises » a permis d’écouter les témoignages et les retours d’expériences des entreprises qui se sont investies sur le sujet, comme les fondations Kering et Raja.
  • « Favoriser l’insertion professionnelle des femmes victimes de violence » a été l’occasion d’évoquer le travail des associations d’accompagnement des victimes, et des programmes des entreprises qui peuvent les soutenir.

Cet évènement a rassemblé 75 participant.e.s, représentant les secteurs public, privé et associatif, témoignant de l’intérêt des différentes parties prenantes à s’impliquer dans la lutte contre les violences faites aux femmes..

En savoir plus sur le projet CARVE.

Télécharger le guide.
Télécharger le poster.

No Comments

A l’occasion du Salon des Maires et des Collectivités Locales, qui se tiens du 31 mai au 02 juin 2016 à Paris Porte de Versailles, GRDF et la Fondation Agir Contre l’Exclusion organisent une conférence pour présenter le déploiement de l’opération CIVIGAZ sur plus d’une trentaine de nouvelles communes à partir de septembre 2016.

 

Pour rappel CIVIGAZ s’inscrit dans le cadre du programme gouvernemental de service civique « Transition énergétique, Climat et Biodiversité ». Il est destiné à sensibiliser les utilisateurs de gaz naturel en situation de précarité énergétique à une meilleure maîtrise de leurs consommations d’énergie et contribue à l’insertion sociale et professionnelle de 660 jeunes volontaires en service civique.

Ce mercredi 1er juin 2016, la conférence organisée par GRDF en présence de de Catherine FOULONNEAU, Directeur Stratégie et Territoire de GRDF, et Vincent BAHOLET, Délégué Général de FACE a portée sur la mobilisation des services civiques au service de la transition énergétique et la présentation de l’opération CIVIGAZ.

Leurs interventions respectives ont été suivies d’échange entre Olivier BRESSON, Directeur Délégué Territoire chez GRDF, Frédéric DURAND, Alain BEZIRARD et Benoît RIEHL, élus des villes pilotes, qui sont revenus  sur la mise en place de l’opération CIVIGAZ dans les villes de Saint Etienne, Lomme, Roubaix et Paris. De nombreux jeunes volontaires participant à l’opération étaient eux aussi présents lors de la conférence et ont pu témoigner de leur retour positif et de leur engouement autour de l’opération.

Ces volontaires, recrutés et formés par FACE, sont sensibilisés à la sécurité des installations intérieures par GRDF. Dans chaque ville partenaire, un coordinateur pilote des promotions de 8 volontaires. Ceux-ci agissent en binômes chez les clients ou organisent des actions collectives.

Lors de leur visite, les volontaires sensibilisent les occupants aux économies d’énergie, à la sécurité des installations intérieures gaz (par exemple la vérification des flexibles, l’aération) et remettent un pack comprenant un thermomètre, un calendrier des écogestes et une fiche avec les contacts utiles (associations et relais locaux de lutte contre la précarité).

Pour plus d’information sur le projet CIVIGAZ, retrouvez notre page dédiée.

No Comments

En 2016, la Fondation FACE s’engage dans la lutte contre le surendettement.  

En France, le nombre de dossiers de surendettement ne recule pas et chaque année, ce sont plus de 220 000 dossiers qui sont déposés devant la Commission de surendettement. En 2015, ce sont plus d’1,5 millions de ménages en France qui se trouvent dans une situation assimilable au surendettement.

Malgré les idées reçues, toutes les catégories socio-professionnelles y sont confrontées. Plusieurs études de la Banque de France le démontrent : employés (34 %) et ouvriers (24,3 %) sont fortement concernés par ce problème, de même que les chômeurs/personnes sans emploi (28,7 %), les jeunes (53,1% des 35 à 54 ans), et les moins jeunes (30% des plus de 55 ans). Les accidents de la vie comme la maladie, le divorce ou la perte d’emploi sont les principales causes de cette situation qui reste difficilement anticipable.

Pour stopper cette spirale du surendettement, l’une des solutions à disposition est de réagir rapidement pour ne pas aggraver sa situation. Toutefois, il reste à trouver le bon interlocuteur qui permettra de faire ce qu’il faut et d’envisager les bonnes solutions.

C’est la stratégie choisie par le Plan de lutte contre la pauvreté et l’exclusion de 2009, via le Ministère de l’économie et des finances ainsi que le Ministère de la Cohésion sociale. Il s’est emparé de cette question vitale de la réactivité et du suivi des victimes du surendettement en proposant un nouveau relais clairement identifié : les Points Conseil Budget (PCB).

Nouvel outil créé pour prévenir les parcours pouvant conduire au surendettement, les PCB amorcent une nouvelle approche de l’accompagnement des publics , avec pour objectif la création d’un réseau actif de coopération entre structures engagées.

Deux niveaux d’intervention structurant cette approche sont à retenir :

  • Les PCB1 ont vocation à recevoir du public en recherche d’information et de conseils sur la gestion de leur budget, mais aussi à réaliser des diagnostics budgétaires pour leur proposer différentes solutions (suivi d’un budget prévisionnel, ouverture de droits, aide/médiation aux factures impayées, etc).
  • Les PCB2 servent de soutien aux PCB 1 pour traiter des demandes plus complexes (surendettement, intermédiation multi-créanciers, etc).

En reconnaissance de l’expertise et du savoir-faire de FACE sur l’accompagnement des populations vulnérables, 6 structures du réseau FACE ont été choisies pour intégrer l’expérimentation : FACE Calaisis, FACE Flandre-Maritime, PSPE de Lille, FACE Thiérache, FACE Vosges et FACE Alsace.

Pour plus d’information, contacter Manon Robin, m.robin@fondationface.org

No Comments

FACE agit, avec les entreprises, en faveur de l’égalité entre les femmes-hommes à travers plusieurs projets-thématique sur : l’accès aux femmes aux postes à responsabilité, la mixité des métiers, la lutte contre les violences faites aux femmes et l’insertion professionnelle ; et à travers deux fondations abritées.

 

L’accès des femmes aux postes à responsabilité

Le projet « Gender Balance Power Map » a pour objectif de renforcer le rôle des femmes dans les instances de prise de décision économique et de favoriser l’accès aux postes à responsabilité dans six pays européens : France, Belgique, Finlande, Roumanie, Italie et République Tchèque.

FACE a ainsi rédigé une étude comparative sur l’accès des femmes à poste à responsabilité entre l’économie classique et l’économie sociale et solidaire et un guide de bonnes pratiques sur cette thématique spécifique.

Ce projet a été cofinancé par le programme Progress de l’Union Européenne.

 

La mixité des métiers : Le projet « Raconte-Moi Ton Métier, Un Métier Qui N’a Pas de Sexe »

Afin de lutter contre la « ségrégation professionnelle » (inégale répartition des femmes et des hommes dans les métiers), FACE mène un projet en faveur de la mixité des métiers nommé « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe ».

L’identification des secteurs, des pratiques, des leviers et des freins à la mise en œuvre de la mixité professionnelle a fait l’objet d’une étude avec notre partenaire Sociovision (disponible ici).

Le projet est piloté par la Fondation FACE en collaboration avec 7 Clubs FACE : Face Grand Lyon, Face Métropole européenne Lille, FACE Loire-Atlantique, FACE Paris, FACE Rennes, FACE Sud-Provence et FACE Var.

Ce projet est cofinancé par le Fonds Social Européen dans le cadre du programme opérationnel « Emploi et Inclusion » 2014-2020.

 

La lutte contre les violences faites aux femmes

Les  projets « CARVE » (Companies Against Gender Violences) et « WE GO ! » abordent le sujet des violences faites aux femmes.

  • Le projet « CARVE » (Companies Against Gender Violences – http://carve-daphne.eu )  aborde les violences commises au sein du couple et leurs conséquences sur les entreprises : détectent-elles des cas ? Si oui, comment les traitent-ils ? Quelles actions sont mises en place ?

FACE a réalisé en octobre 2015 une étude sur « l’implication des entreprises dans la lutte contre les violences faites aux femmes ».

Un guide européen des bonnes pratiques est en cours de réalisation avec pour objectif de recenser les initiatives mises en place par les entreprises dans les pays partenaires du projet (Belgique, Bulgarie, Espagne, France, Grèce) et d’émettre des recommandations à l’intention des décideurs publics.

Ce projet est co-financé par la Commission Européenne.

  • Le projet « We Go ! » a pour objectifs de favoriser l’autonomie financière des femmes victimes de violences domestiques et de former les praticien.ne.s de structures accueillant les femmes victimes de violences domestiques grâce à l’élaboration d’un guide de formation

Ce projet, soutenu par la Commission Européenne, démarrera courant 2016.

 

L’insertion professionnelle

FACE porte actuellement un projet intitulé «promotion de l’égalité professionnelle Femmes/ Hommes en Tunisie ».  En 2012, selon les statistiques, 50% des femmes étaient au chômage, contre seulement 21% des hommes à diplôme égal en Tunisie.

Avec FACE Bizerte-Tunisie et l’association Association des Responsables de Formation et de Gestion Humaine dans les Entreprises (ARFORGHE), FACE sensibilise les entreprises à l’égalité professionnelle et favorise l’insertion professionnelle des femmes tunisiennes.

Ce projet est cofinancé par la Délégation de l’Union européenne en Tunisie.

 

La Fondation FACE, structure abritant d’autres fondations promouvant les droits des femmes

 

Le statut de « fondation abritante » de la Fondation FACE lui permet de porter plusieurs « fondations abritées » promouvant les droits des femmes.

  • La Fondation « Egalité –Mixité »

La Fondation « Egalité –Mixité » créée en juillet 2014 a pour objet de de développer l’égalité professionnelle et la mixité des métiers.

En 2014-2015, une campagne nationale de communication intitulée « Mixité des métiers : Au travail, c’est le talent qui compte ! » a été lancée afin de lutter contre les stéréotypes de genre dans le monde professionnel. Un appel à projets sera lancé en 2016.

  • La « Fondation des Femmes »

La « Fondation des Femmes » a été lancée le 03 mars dernier, en présence de Laurence Rossignol, Ministre des Famille, de l’Enfance et des Droits des Femmes est destinée à récolter des fonds auprès des institutions privées et des particuliers en faveur d’associations œuvrant pour les droits des femmes. Une souscription mensuelle de 8 euros par mois pour le 8 mars (Plus d’info ici).

Parmi les entreprises qui soutiennent cette initiative figurent la Française des Jeux, France Télévisions et le Groupe Up (Chèque Déjeuner).

No Comments

Dans le cadre du projet européen Gender Balance Power Map sur l’accès des femmes aux postes à responsabilité, FACE publie le guide de bonnes pratiques «Co-inspiration entre entreprises classiques et sociales en vue de promouvoir un accès égalitaire aux postes décisionnels». Ce guide est le fruit d’un partenariat européen dans six pays : Belgique, Finlande, France, Italie, République Tchèque et Roumanie. Il a été présenté le 3 mars 2016 lors de la Conférence finale du projet organisée à Bruxelles.

Un guide pour transmettre les bonnes pratiques et écarter les stéréotypes

Un chiffre illustre l’ampleur des progrès à réaliser en matière d’accès des femmes aux postes de décision : en 2012, seules 3,2% des dirigeant.e.s des grandes entreprises de l’Union Européenne étaient des femmes. Gender Balance Power Map est un projet qui vise à réaliser un état des lieux des difficultés auxquelles celles-ci sont confrontées au cours de leur carrière. Ce Guide constitue le livrable final du projet, réunissant des recommandations et des bonnes pratiques nationales et européennes, identifiées lors d’études nationales, et à destination tant des entreprises que des pouvoirs publics. La particularité du projet Gender Balance Power Map réside dans une analyse comparée entre les entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), réputées plus enclines à favoriser l’égalité des sexes, et celles de l’économie classique. Dans ses conclusions, le Guide va à l’encontre des idées reçues : le postulat selon lequel les entreprises sociales sont plus sensibles et égalitaires en termes de genre que les entreprises classiques est illusoire. Ce n’est pas tant le type d’entreprise qui importe que sa taille, la sensibilité et l’attitude de la direction à l’égard de la problématique. La communication des genres — comment éviter d’encourager et de transmettre les stéréotypes — est, par ailleurs, évoquée comme facteur clé de la situation inégalitaire actuelle.

Un projet européen de longue durée pour des résultats concrets

Au cours de ce projet de deux ans, six études nationales ont été menées dans les pays partenaires pour évaluer la perception de l’accès inégal aux postes à responsabilité par les dirigeant.e.s d’entreprises, par leurs salarié.e.s, et pour récolter des bonnes pratiques mises en place au sein des entreprises. Les résultats obtenus ont été diffusés lors de 18 ateliers réunissant professionnels et particuliers pour échanger autour des obstacles persistants et des solutions potentielles. Ce Guide résulte à la fois des conclusions des six études nationales et des discussions qui ont eu lieu au cours des ateliers.

Retrouvez le guide ici et sur le site http://genderpowermap.eu/resource/best-practices-handbook

Nos partenaires projet :

No Comments
Dans le cadre du projet « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe », la Fondation FACE sort une étude nationale sur la mixité professionnelle au sein des entreprises.

En France, la mixité des métiers reste faible : dans le secteur de la construction, en 2015, 88,3% des salarié-e-s étaient des hommes alors que 90% des salarié-e-s du secteur des services à la personne sont des femmes.

Cette nouvelle étude reprend les mêmes constats : sur les 449 répondant-e-s de cette étude, 4 entreprises sur 5 ont constaté qu’il y avait une répartition femmes/hommes déséquilibrée ; mais elle s’intéresse également au recrutement et aux difficultés rencontrées. Seules 1/3 des entreprises estiment recevoir autant de candidatures féminines que masculines : la pénurie de candidatures de femmes se ressent surtout pour les fonctions techniques et les fonctions de direction tandis que ce sont surtout dans les fonctions support ou administratives que les recruteur.rice.s reçoivent moins de candidatures d’hommes. Le manque d’attrait pour le métier est évoqué comme raison principale de ces difficultés de recrutement.

Les bienfaits de la mixité sont partagés par les entreprises interrogées : 90% des personnes interrogées reconnaissent que la mixité professionnelle a un impact positif sur la société. Il apparaît cependant qu’1/3 des entreprises rencontrent des difficultés à mettre en place des actions.

Cette étude est la première étape du projet « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe » cofinancé par le FSE. Cela a permis d’identifier les secteurs en tension, les freins à l’action, mais également les bonnes pratiques. L’année 2016 sera consacrée à la restitution dans les territoires des sept Clubs FACE impliqués dans le projet (Grand Lyon, Métropole Européenne de Lille, Loire-Atlantique, Paris Rennes, Sud-Provence et Var) et à l’accompagnement des entreprises pour la mise en place d’actions concrètes en faveur de la mixité professionnelle.

Télécharger le communiqué de presse
Télécharger l’étude complète

No Comments

A l’occasion du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, la Fondation FACE sort la première étude européenne sur le rôle des entreprises dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

En France, en 2014, plus de 216 000 femmes ont déclaré être victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire intime (conjoint, concubin marié, pacsé, petit-ami…). Les violences touchent toutes les catégories de populations, parmi lesquelles des femmes salariées. Les entreprises sont impactées par ce sujet, pourtant, les actions sont encore peu nombreuses.

Cette étude constitue la première étape du projet “Companies Against gendeR ViolencE (CARVE)”. L’objectif est d’identifier et de confronter les pratiques des entreprises sur la question des violences, et d’interroger l’ensemble des parties prenantes (institutions publiques, organisations syndicales et associations) sur l’implication des entreprises sur cette thématique.

Face à l’ampleur du phénomène, rares sont les entreprises à s’être saisies du sujet. Les violences sont souvent en effet perçues comme un phénomène relevant de la sphère privée. Egalement, le mécanisme des violences est mal connu et complexe à traiter. Plusieurs bonnes pratiques d’entreprises et d’associations ont été cependant identifiées.

Pour favoriser l’implication des entreprises sur cette thématique, une prise de conscience du coût des violences doit s’opérer, par exemple en termes de risques liés à la sécurité de la victime fragilisée et de ses collègues. Il apparaît aussi qu’il faut sortir les violences de la sphère privée : intégrer ce sujet dans l’entreprise relève de la nécessité de s’assurer du bien-être du/de la salarié-e.

Afin de mieux mobiliser les entreprises pour qu’elles traitent de ce sujet, la Fondation FACE émet sept recommandations à destination des entreprises, des associations et des pouvoirs publics, que vous retrouverez détaillées dans cette étude.

Retrouvez l’étude dans son intégralité sur le site du projet CARVE !

Vous pouvez retrouvez le communiqué de presse sur notre page dédiée ou en téléchargement direct ici.

No Comments

Le concours « S’engager pour les quartiers » récompense chaque année des projets pérennes à potentiel qui impactent durablement le développement économique et la cohésion sociale des quartiers.

Un concours d’innovation économique et sociale

Ce concours d’innovation économique et sociale est une initiative de FACE et de  l’ANRU  (l’Agence  Nationale  pour  la  Rénovation  Urbaine), co-organisée en partenariat avec le CGET (Commissariat général à l’égalité des territoires), l’USH (Union Sociale pour l’Habitat), ENGIE et VINCI, le Fonds Social Européen apportant son soutien.

Le concours identifie des projets et actions facteurs de renouveau économique et social dans les quartiers rénovés ou en cours de rénovation urbaine, développés par des associations, des collectivités locales, des établissements publics et des entreprises. Les projets et actions sélectionnés sont co-construits avec les acteurs locaux, garantissant ainsi  leur  solidité  et  leur  pérennité.  Ils  sont  également  primés  en  fonction  de  leur exemplarité, pour en démultiplier l’impact économique, social et culturel, en les modélisant et en les déployant dans d’autres quartiers.

En 2014, 116 dossiers ont été retenus. Ont concouru des associations, des collectivités locales, des entreprises, des établissements publics et scolaires.

Participez à l’édition 2015 du concours !

Date limite de dépôt : 4 décembre 2015 minuitLogo s'engager pour les quartiers

Qui peut s’inscrire ?
Le Concours s’adresse à toute structure publique ou privée (associations, collectivités, établissements publics, entreprises hors Grands Groupes et filiales), implantée et/ou développant un projet dans les quartiers. Les candidats présentent un projet répondant aux objectifs du concours et aux critères suivants :
• le projet pérenne est développé dans un quartier rénové ou en cours de rénovation urbaine*
• le projet présente un intérêt économique, social ou culturel pour le quartier
• le projet est co-construit par plusieurs acteurs locaux publics et/ou privés
• l’impact du projet (économique, social, culturel) est tangible et mesurable

Les prix nationaux : dotation globale 50 000 €
Le Concours récompense 4 projets nationaux dans les thématiques suivantes :
• « Innovation sociale et sociétale » parrainé par Engie
• « Création d’activité et développement économique » parrainé par Vinci
• « Insertion professionnelle » parrainé par le CGET
• « Vie quotidienne et lien social » parrainé par l’Union Sociale pour l’Habitat
4 prix nationaux d’une valeur de 10 000 euros sont attribués.
Un « Grand Prix 2015 ANRU » d’une valeur de 10 000 euros est attribué à l’un des 4 lauréats nationaux.

Calendrier et sélection
• 4 décembre 2015 minuit : date limite de dépôt des candidatures
• Janvier 2016 : sélection nationale des 12 nominés par le Jury
• Février 2016 : Grand Jury et cérémonie de remise des prix nationaux

Télécharger le règlement
Télécharger le dossier de candidature
Télécharger le flyer
Télécharger la première liste des quartiers et la seconde liste

Contact : concours2015@fondationface.org

 

4 Comments
123

Nos partenaires