Interview de « Women In Leadership Europe »

//Interview de « Women In Leadership Europe »

Interview de « Women In Leadership Europe »

Interview de Thaima Samman, Présidente de « Women In Leadership Europe »

Pourquoi avez-vous créé ce réseau ? à l’initiative de qui ?

Ce réseau est né à la suite d’un constat, partagé, d’un besoin d’action pour réaliser une égalité réelle notamment au plus haut niveau des organisations.

En parallèle, certaines d’entre nous, familières de la culture américaine, ont été interpellées par l’efficacité des actions des femmes au sein d’entreprises telles que Microsoft par exemple, où la lutte contre les discriminations est sectorielle, contrairement à la tradition française, à laquelle nous étions (et sommes toujours) attachées, de lutte pour l’égalité en « transversal ». Aux Etats-Unis, il n’est pas rare de voir les femmes mettre en place des activités uniquement entre femmes et pour les femmes, avec une certaine efficacité de la démarche.

Nous avons donc décidé de prendre le meilleur des deux approches et de faire un réseau « à notre sauce ».

En 2008 et à l’initiative de Microsoft, INSEAD et le Forum des Femmes, WIL Europe voit ainsi le jour en tant que réseau informel rassemblant des femmes leaders, issues notamment de l’entreprise, de la politique, de la haute fonction publique ou du monde académique et venant de différents pays de l’Union européenne. Orange nous rejoint rapidement et nous permet en 2010, de structurer le réseau et de l’officialiser, toujours avec le soutien de Microsoft et de l’INSEAD ainsi que de plusieurs autres organisations.

Nous avons donc créé un réseau féminin avec un double objectif : d’une part, aider les femmes à se projeter au-delà du plafond de verre tout en mettant en avant des modèles divers et accessibles et d’autre part, les aider à accéder ou à se maintenir à ces fonctions, grâce aux échanges que permet notre réseau. Les initiatives que nous mettons en place leur permettent de se rencontrer et d’échanger, de discuter de sujets d’actualité avec des décideurs clés du monde politique, économique et social et ainsi, d’élargir leurs horizons et d’identifier de nouvelles opportunités.

Qui sont les membres de votre réseau ? Et comment y adhère-t-on ?                         

Notre réseau compte près de 300 femmes de plus de 24 pays européens et occupant des postes à haute responsabilité (niveaux N-1 à N-4 par rapport au dirigeant) dans le domaine privé, public et académique.

Elles sont cadres dirigeantes, entrepreneures, parlementaires et hautes fonctionnaires au niveau national ou européen ou universitaires reconnues, qui croient en l’avancement des femmes dans la sphère économique et sociale.

On y adhère par cooptation (après validation par le Conseil d’Administration du dossier de candidature) et les frais d’adhésion s’élèvent à 250€ par an.

Quelles actions menez-vous ?

Nous réalisons notre mission à travers trois actions principales.

Tout d’abord, l’organisation d’évènements internationaux en présence d’intervenants de haut niveau appartenant à des univers variés (économique, politique, universitaire, institutions européennes…) et dans des lieux prestigieux (Palais de Westminster à Londres, Villa Medici et Palazzo Farnese à Rome,  Microsoft Innovation Center à Bruxelles, Hôtel de Lassay à Paris…).

Les thèmes de nos événements touchent à la fois aux questions de leadership féminin, de développement de carrière mais également à tous les débats fondamentaux de nos sociétés, qu’un leader, quel que soit son domaine, ne peut ignorer (les plus grands leaders n’arrêtent jamais d’apprendre !). Pour vous donner quelques exemples : à Madrid, nous avons organisé une rencontre sur la résilience, à Londres, sur la valeur extra-financière de l’entreprise, à Athènes sur la compétitivité européenne, etc. Nous avons accueilli des intervenant.e.s prestigieux tels que des décideurs politiques et des fonctionnaires nationaux et européens (Claude Bartolone alors Président de l’Assemblée nationale, Laurence Rossignol, alors Ministre de l’Enfance, des Familles et des Droits des femmes ; Pier Ferdinando Casini, Président de la Commission des Affaires Extérieures au Sénat italien ; Michel Barnier, Négociateur en Chef du Brexit et les commissaires européennes Margrethe Vestager et Mariya Gabriel etc.), ainsi que les PDGs de grandes entreprises (Mark Wilson, PDG d’AVIVA, Stéphane  Richard, PDG d’Orange etc.).

En 2012, nous avons également lancé le WIL – Women Talent Pool, un programme de leadership de 18 mois pour identifier, promouvoir et former une nouvelle génération de femmes leaders en Europe. Le programme propose des opportunités de rencontre, des workshops et des formations (y compris sur internet) et permet de bénéficier de l’aide et des conseils de femmes de haut-niveau ou de coachs professionnels. Déjà trois promotions et plus de 120 jeunes femmes ont depuis bénéficié du programme. La quatrième édition a été lancée en mars 2018 en présence de la Commissaire Européenne au Digital Mariya Gabriel, la marraine de cette édition.

Nos membres et les participantes de notre programme ont également la possibilité d’entretenir et de développer leur réseau en ligne grâce à un annuaire mis à disposition uniquement aux membres du réseau, et nous mettons en avant leur expertise et leurs actualités à travers nos nombreux outils de communication (Newsletter mensuelle, réseaux sociaux…). Par exemple, vous trouverez sur tous nos outils de communication de nombreuses interviews de nos membres et de nos Talents ! Au-delà de la visibilité que nous leur apportons, cette démarche contribue également à mettre en avant des parcours de réussite accessibles et dans de nombreux secteurs !

Quelles sont les actions dont vous êtes le plus fière ?

Le réseau a permis à nombre de nos membres d’identifier de nouvelles opportunités, de nouvelles idées et/ou de dénouer des situations difficiles et de rebondir. Nous sommes fières d’aider les femmes à avancer dans leur ambition. Nous sommes également très fières des promotions à des postes de premier niveau de beaucoup de nos participantes à notre programme de leadership.

Ce qui ne veut pas dire que nous fassions la promotion d’un choix de vie plutôt que d’un autre. Les ambitions des femmes peuvent en effet être très diverses, qu’il s’agisse de l’ambition de monter les échelons hiérarchiques, de trouver un meilleur équilibre de vie, de changer de directions et de se confronter à de nouveaux challenges… Je pense notamment à l’une de nos ancienne Talent ingénieure de formation qui a choisi de se reconvertir et de devenir artiste peintre et qui est encore très active dans notre réseau !

Notre ambition est justement de promouvoir cette diversité de réussite, tout en luttant contre ce sentiment de culpabilité et d’incapacité que ressentent trop souvent les femmes. Que votre patron ou un de vos investisseurs pensent que n’êtes pas à la hauteur est finalement bien moins grave que si vous le pensez vous-même ! Si vous croyez en vous, vous saurez trouver les ressources dont vous avez besoin et convaincre les autres de votre valeur. Si vous pensez que vous n‘en avez pas, vous avez peu de chance de créer la dynamique autour de vous qui vous permettra d’avancer un peu ou beaucoup plus loin.

Faites-vous des collaborations avec d’autres réseaux ou structures ?

Oui bien sûr ! Nous développons des partenariats opérationnels avec des entreprises, des institutions ou des associations actives sur les sujets du leadership féminin, du développement de carrière ou d’autres débats de société (transition numérique, développement durable…).

Au niveau des entreprises, nous collaborons aussi bien avec des multinationales, telles que Microsoft, Orange ou Lenovo, que des PME telles que Talientia Software. Nous travaillons également avec le cabinet de conseil en ressources humaines BPI Group, le cabinet d’avocat international Osborne Clarke ou encore la prestigieuse Business School Insead.

Nous avons également des partenariats avec d’autres organisations telles que l’entreprise sociale Jump et les réseaux féminins GlobalWIN (aux Etats-Unis), le Pink Shoe Club (en Angleterre), Femmes et Diplomatie (réseau international, basé à Paris, de femmes diplomates).

Selon vous, quel est l’apport des réseaux de mixité ?

L’expérience montre que la mixité ne vient pas naturellement, qu’il faut des politiques et des initiatives permettant de la promouvoir. Si la direction de l’organisation n’est pas engagée, ce sera difficile de lutter contre les inégalités et les stéréotypes, premiers freins de la mixité. Nous avons aujourd’hui un arsenal législatif assez sophistiqué en la matière mais sa mise en œuvre réelle laisse largement à désirer.

C’est l’existence de ces réseaux qui permet de rendre ces problématiques visibles, de s’en saisir et d’agir ! Le simple fait qu’ils existent exerce en effet une pression politique. Même si c’est la contrainte médiatique et morale qui oblige certains hommes à promouvoir des femmes, peu importe.  L’important, c’est qu’ils le fassent !

Ces réseaux permettent également de rendre visible des role model et des parcours de réussite divers, certes souvent semés d’obstacles, mais qui mettent en avant la résilience et l’ambition des femmes au-delà des barrières qu’on leur a ou quelles se sont imposées.

Ces réseaux sont-ils des lieux de libération de la parole ?

Oui, de façon évidente. Cependant, les sujets que nous abordons au WIL sont avant tout centrés sur le leadership, et l’empowerment. Nous ne traitons pas des questions de violence et de discriminations. Bien sûr qu’elles existent et qu’elles sont inadmissibles ! Et nous soutenons les réseaux et organisations qui luttent contre. Nous souhaitons néanmoins proposer une approche qui ne soit pas seulement victimaire et faire avant tout la promotion d’expériences positives.

2019-12-20T10:24:58+00:00

Contact Info

361 avenue du Président Wilson | 93200 Saint-Denis