Interview « Cercle InterElles »

//Interview « Cercle InterElles »

Interview « Cercle InterElles »

Interview de Catherine Ladousse, Présidente du « Cercle InterElles »

Pourquoi avez-vous créé ce réseau ? A l’initiative de qui ?

En 2001, lorsque j’étais directrice de la communication d’IBM France, nous nous sommes réunies avec d’autres cadres dirigeantes de France Télécom, Schlumberger, General Electric, conscientes des problématiques communes de mixité que rencontraient nos entreprises dans le secteur scientifique et technologique. Nous avons décidé de partager nos bonnes pratiques et de réunir nos réseaux lors d’une première journée de réflexion et d’échange. C’était l’acte fondateur du Cercle InterElles.

Depuis 2014, le Cercle s’est structuré juridiquement et est devenue une association de loi 1901

Quelles sont ses objectifs ?

Les membres du cercle InterElles ont les objectifs communs suivants :

  • Favoriser l’accès des femmes à des postes de responsabilité, le développement de leur carrière et l’équilibre entre leur vie professionnelle et personnelle
  • Encourager les talents féminins au sein des filières scientifiques et techniques via la sensibilisation en milieu scolaire avec Femmes Ingénieures
  • Accroitre la mixité des équipes
  • Etre le porte-parole des femmes issues des entreprises membres auprès des pouvoirs publics, des instances décisionnelles et des organisations européennes ou internationales
  • Partager les bonnes pratiques, promouvoir les passerelles et les échanges avec d’autres réseaux et associations
  • Animer des groupes de réflexion et restituer le contenu de leurs travaux lors du colloque annuel
  • Quelles actions ont été menées ?

Chaque année le Cercle InterElles organise un colloque annuel avec 600 personnes membres du réseau avec les médias, quelques réseaux amis et expert.e.s.

Toute l’année les membres travaillent en groupe inter-entreprise. Par exemple cette année, les thèmes abordés sont le rôle des hommes pour favoriser la mixité et les femmes et l’innovation. Le colloque permet de faire part des résultats de ces groupes de travail.

Le Cercle produit également des kits d’action à destination des femmes du réseaux.

Le Cercle InterElles peut également apporter des conseils aux entreprises pour la création de leurs réseaux. Par exemple, nous avons appuyé Canon pour la création de son réseau qui a vu le jour en janvier 2018.

Enfin, chacun de nos réseaux membre mène des actions spécifiques dans leurs entreprises   telles que des campagnes de recrutement ciblant les femmes, des séances de coaching et de formation dédiées à renforcer la confiance des femmes, ou des formations pour lutter contre les biais et stéréotypes sexistes…

Qui en sont les membres ?

Le Cercle InterElles est un réseau de réseaux composé de 14 réseaux d’entreprises du secteur scientifique et technologique : Air Liquide, Canon France, CEA, Dassault Systèmes, Engie, GE, Gemalto, IBM, Intel, Lenovo, Nexter, Orange, Orano, Schlumberger.

Le Cercle InterElles représente plus de 10 000 membres actifs avec environ 20% à 30% d’hommes.

Pourquoi avez-vous rejoint ce réseau ? A titre personnel, qu’est-ce-que cela vous apporte ?

J’ai participé à la création de ce réseau car j’avais envie de m’investir pour défendre la cause des femmes et en particulier pour la mixité dans les entreprises, un sujet qui à l’époque était beaucoup moins présent dans le débat public. Lorsque je suis arrivée chez IBM, j’ai été frappée par le déséquilibre hommes-femmes et par une forte culture masculine.  En tant que femme, je me suis sentie tout de suite en minorité, et mon engagement sur ces questions est  devenu évident.

A titre personnel ce réseau représente pour moi des rencontres formidables, le partage des mêmes valeurs entre des femmes et des hommes et une ambition commune pour changer la donne, enfin un lieu unique de solidarité et même ce qu’on appelle aujourd’hui la sororité.

Je pense qu’il permet à chacun et chacune de mieux comprendre les problèmes partagés avec les autres et de renforcer sa confiance en soi. Les réseaux jouent aussi un rôle clé dans l’entreprise en tant que force de proposition et de « think tank » proposant des solutions concrètes pour mettre en place par exemple des outils RH de promotion de l’égalité.

C’est un des leviers qui permet aux dirigeant.e.s d’aller plus vite dans leur programme de développement de la mixité. Ils mettent en exergue l’importance de l’esprit d’équipe et de l’enrichissement que procure la mixité. Aussi, ils sont souvent « hors hiérarchie » créant un espace privilégié de parole et d’action qui permet de proposer des actions de formation, de sensibilisation pour les femmes pour accompagner leurs carrières.

Pour moi, les réseaux sont des lieux de solidarité formidables avec un double bénéfice pour l’entreprise et les femmes.

Pouvez-vous me donner un exemple d’une action emblématique et ses résultats ?

Les entreprises membres du Cercle ont toutes mené des actions majeures en faveur de la promotion des femmes et de la mixité que ce soit en termes de recrutement ou d’accompagnement des carrières.

Je crois que ma plus grande fierté est que le Cercle soit toujours si présent, actif et reconnu dans les entreprises comme dans la société civile comme un cercle pionnier de référence pour l’égalité femme homme et la mixité dans notre secteur et que, 17 ans après sa création, il puisse attirer toujours des entreprises nouvelles qui trouvent au sein du Cercle les outils et les bonnes pratiques qui va leur permettre d’avancer beaucoup plus vite. Nous venons d’organiser notre colloque annuel à la Cité universitaire le 13 mars dernier avec près de 600 participant.e.s et de nombreux intervenant.e.s qui a rencontré un grand succès.

Avez-vous des collaborations, des projets communs avec d’autres réseaux, entreprises, organisations ?

Nous avons de nombreux partenariats externes, notamment avec Femmes Ingénieures et le Cercle des Femmes mécènes. Nous sommes également membre du Collectif « Ensemble contre le sexisme, » avec 21 autres associations engagées pour lutter contre le sexisme sous toutes ses formes et dans tous les secteurs, du collectif femmes@numerique pour promouvoir la féminisation de l’industrie numérique, de la Fédération des réseaux économiques féminins et associé.e.s à de nombreux évènements tels que le Women’s Forum, Elle Active et le Parlement du Féminin… .

Selon vous, quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place dans ces réseaux ?

J’en citerais quelques-unes telles que :

  • L’appui à la négociation salariale : apprendre aux femmes à savoir comment négocier
  • Les campagnes de sensibilisation et de formation contre le sexisme à destination de tous les salariées (création d’un anti-sèches contre le sexisme)
  • Les programmes de mentoring
  • Les formations au leadership (prise de parole, personal brand building, confiance en soi …)
  • La prise de parole dans les écoles pour inciter plus de jeunes filles à choisir les filières scientifiques et technologiques
  • La mise en visibilité de femmes rôles modèles dans nos entreprises
2019-12-20T10:18:09+00:00

Contact Info

361 avenue du Président Wilson | 93200 Saint-Denis