Blog Archives

Malgré un dispositif législatif important, les discriminations liées à l’origine persistent, notamment dans la vie professionnelle. Les entreprises éprouvent des difficultés à aborder ce critère, souvent considéré comme sensible. Comment identifier le problème ? Par quelles entrées l’aborder ? Quel positionnement adopter ? Comment communiquer sur cette question en interne et en externe ? Comment agir ? La commission mise en place par FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion) et l’AFMD (Association Française des Managers de la Diversité) de 2014 à 2016 avait pour but d’accompagner les entreprises sur ce sujet et de concevoir des outils pour passer à l’action.

L’AFMD et la Fondation FACE, ont restitué ces deux années de travaux et ont présenté le guide de bonnes pratiques intitulé « Discriminations liées à l’origine : Prévenir et agir dans le monde du travail », lors de l’événement de clôture organisé lundi 5 décembre 2016, au siège de la SNCF à Saint-Denis.

Destiné aux référent.e.s diversité et manageur.se.s, ce guide possède plusieurs objectifs : combattre les stéréotypes et les discriminations liés à l’origine au sein des entreprises, sensibiliser les entreprises et intermédiaires de l’emploi à identifier les enjeux, les freins et les leviers d’actions possibles sur ce critère de discrimination.

Les professionnels d’entreprises ont pu échanger sur les pistes et bonnes pratiques suite aux interventions de :

– Catherine TRIPON, Directrice des Relations aux Parties Prenantes « Développement Social Durable » et des Partenariats, FACE ;
– Co.Théâtre, présentant leur spectacle intitulé « Label Origine » ;
– Carole DA SILVA, Présidente – fondatrice, AFIP ;
– Wassila Kriche, Responsable Recrutement, Formation et compétences, UNEO ;
– Catherine WORONOFF-ARGAUD, Responsable Politiques Diversité & Mixité, SNCF ;
– Sarah VIGNAL, Project manager, Diversity & CSR HR, BNP Paribas ;
– Mansour ZOBERI, Président de l’AFMD, Directeur de la promotion de la diversité et de la solidarité du groupe Casino.

Retrouvez ci-dessous le guide bonne pratique : « Discriminations liées à l’origine : prévenir et agir dans le monde du travail »

 

No Comments

Le rendez-vous pour promouvoir la mixité dans vos entreprises

Mardi 13 décembre 2016
Mairie de Paris
Inscription et pièce d’identité obligatoires
 

Contexte du projet

Depuis 30 ans, on constate une baisse de la ségrégation professionnelle, cependant le marché du travail demeure un lieu d’inégalités stagnantes pour les femmes (plus grande précarité des contrats de travail, inégalités salariales, taux de chômage plus élevé…)
A ces inégalités se rajoutent des représentations genrées des professions qui découlent de stéréotypes se retrouvant dans l’orientation des élèves.

Afin de favoriser l’égalité des chances et garantir l’égalité des choix à la fois dans l’accès à l’emploi et dans les parcours professionnels, il est important de se pencher sur comment « est raconté le métier ». Le discours peut ne pas être neutre il peut véhiculer des stéréotypes et des préconceptions sur le genre. Cette subjectivité du métier peut être un obstacle à la réalisation professionnelle et personnelle de chacun.e.

Dans le cadre de la nouvelle programmation des fonds européens 2014-2020, la Fondation FACE et sept de ses clubs ont décidé d’élaborer le projet « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe ».

 

Programme

9h00 – Introduction

    • Vincent BAHOLET, Délégué Général de FACE

9h15 – Présentation du projet « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe »
9h30 – Keynote : Etat des lieux de la mixité femmes – hommes

    • Françoise VOUILLOT, Maitresse de conférences en psychologie de l’orientation INETOP/CNAM

10h00 – Ateliers 1: Quiz sur la mixité professionnelle et repérer les stéréotypes

    • Animation : Pauline MALAGUTI, Cheffe de projet Egalité et Diversité FACE Paris ;
      Virginie TIMMERMAN, Chargée de projet égalité, mixité et RSE Fondation FACE

10h25 – Ateliers 2 : Accorder les métiers et offre d’emploi stéréotypée

    • Animation : Christine LOUVET, Chargée de projet FACE Var ; Rémy SKORA,
      Chargée de projet FACE MEL ; Jessica TREGER, Chargée de projet FACE
      Grand Lyon

10h50 – Café

11h00 – Table ronde : Promouvoir la mixité professionnelle dans vos entreprises

    • Antoine CHEREAU, dessinateur de presse
    • Céline GIRY, Responsable Qualité Animatrice Diversité, Energilec
    • Maha MERILHOU, Déléguée Territoriale, Direction Territoriale GrDF Lyon
      Métropole
    • Tasha TEGUIA, Responsable RH et administratif, AUXI’life EUROPE
    • Animation : Catherine TRIPON, Directrice des Relations aux Parties Prenantes & des Partenariats « Développement Social Durable » Fondation FACE

12h30 – Conclusion institutionnelle

 

Inscrivez-vous ici :
Je m’inscris
bandeau_fse_face_ue_sans_baseline

No Comments

L’engagement social et sociétal des entreprises sur leurs territoires :


15 minutes pour faire entendre votre voix d’entreprise responsable et peser dans le paysage politique 2017


 

Organisée en Réseau, la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) rassemble plus de 5400 entreprises de toutes tailles mobilisées autour de ses structures territoriales FACE (clubs d’entreprises, fondations abritées, structures de médiations, structures d’insertion par l’activité économique…). Dans ce cadre, elles réfléchissent et mènent des actions sur leur territoire.

Ensemble nous œuvrons en faveur de l’engagement social et sociétal des entreprises pour lutter contre toutes les formes d’exclusion, de discrimination et de pauvreté, par une approche globale et innovante de la Responsabilité Sociale et Sociétale des Entreprises (RSE).

Depuis 2011, nous réalisons une enquête par Baromètre auprès de l’ensemble de nos adhérents et parties prenantes, afin de mieux connaître leurs conceptions, pratiques inclusives ainsi que leurs préoccupations. Cette 4ème vague du Baromètre FACE de l’Engagement Social et Sociétal des Entreprises sur les Territoires comporte cette année deux volets :

– l’un sur l’engagement des entreprises pour l’inclusion par la RSE
– et l’autre sur les élections présidentielles 2017 et la place faite aux entreprises dans la société.

Sociovision, notre partenaire depuis 2011 pour la réalisation de l’enquête, assure la réception, le dépouillement, l’analyse des questionnaires, en garantissant l’anonymat des réponses et la confidentialité des données.

Participez à cette enquête pour mettre en valeur l’engagement de votre entreprise et faire entendre votre voix d’entreprise responsable à l’occasion des élections présidentielles 2017 ,suivez ce lien:

 

Baromètre de l’engagement social et sociétal des entreprises sur les territoires – FACE / Sociovision 2016

 

 

No Comments

Myriam El Khomri et Clotilde Valter ont reçu des ambassadeurs régionaux de l’apprentissage autour de Gérard Mestrallet, ambassadeur national, pour une première réunion de lancement de ce réseau.

article

Le développement de l’apprentissage est avant tout une question de conviction et d’engagement des entreprises.

Au-delà de l’action publique qui est menée, ce sont les entreprises elles-mêmes qui sont les plus légitimes à promouvoir la voie de l’apprentissage en témoignant auprès de leurs pairs.

Aussi, lors de la réunion du 12 mai 2015 présidée par le Premier ministre, avec les président.e.s des conseils régionaux et les partenaires sociaux, le principe de la désignation d’un ambassadeur national, en la personne de Gérard Mestrallet, a-t-il été acté. L’une des missions qui lui a été confiée était de constituer un réseau d’ambassadeurs régionaux de l’apprentissage.

Nommés par les président.e.s de conseil régional et les préfet.e.s, ou par le réseau FACE, leur rôle est de contribuer bénévolement, à la valorisation et au développement de l’apprentissage dans les TPE, PME, ETI et dans les grandes entreprises de leur région, dans le respect des responsabilités des différents acteurs, notamment des conseils régionaux, chefs de file en matière de formation professionnelle et d’apprentissage.

La réunion du 5 octobre dernier a permis d’acter la volonté commune de ces ambassadeurs, dont certains sont déjà investis dans leurs fonctions depuis plusieurs mois, de promouvoir davantage l’apprentissage. L’échange très constructif a d’ores et déjà permis de valider la mise en place de certaines actions concrètes (ouverture des entreprises au monde éducatif, participation à des forums d’informations,…) et de rappeler la nécessité de travailler au plus près des territoires.

Les ministres ont pu insister sur l’importance d’informer les entreprises et les jeunes, de les mobiliser. Comme proposé par Gérard Mestrallet, le réseau permettra également le partage d’expériences et de bonnes pratiques en lien avec les entreprises et les branches professionnelles. Il facilitera la mise en lumière de toutes les formes d’innovation et d’expérimentation dans les champs de l’apprentissage.

Ce réseau, compte désormais des ambassadrices et des ambassadeurs dans la quasi-totalité des régions de France et pourra bénéficier de l’appui du réseau FACE. Il est naturellement destiné à se développer davantage.

À la demande des ambassadeurs F/H régionaux, un nouveau temps d’échanges sur les initiatives concrètes mises en place ou à programmer dans les territoires a été demandé. Gérard Mestrallet en a accepté le principe et une réunion sera programmée en décembre.

No Comments

Ce jeudi 30 juin 2016 débute la 1ère édition du salon VIVA TECHNOLOGY à Paris (Porte de Versailles) jusqu’au samedi 2 juillet. Organisé par le Groupe Les Echos et Publicis, ce salon est le premier grand rendez-vous de portée mondiale avec tous les acteurs de la transformation digitale. En effet, de très nombreuses start-up seront présentes, sollicitées par les grandes entreprises pour les aider à se transformer.

Au programme, 30 000 participant.e.s, 5000 startup, 2000 grandes entreprises, etc. sont attendu.e.s durant ces 3 jours pour débattre, s’associer et relever le défi de la transformation digitale.

La Fondation FACE sera présente tout au long de ces trois journées riches en découvertes et présentera ses projets à vocations digitales aux visiteur.e.s et professionnel.e.s. Sur le stand FACE sera donc présent la plateforme digitale facealemploi qui portera haut les couleurs de l’innovation sociale et du digital inclusif. Il sera possible pour les candidats de découvrir une nouvelle manière de se mettre en avant auprès des recruteurs : le CV vidéo ; et aux recruteurs de découvrir une plateforme innovante favorisant la diversité et les talents.
(Plus d’info sur facealemploi au salon VIVATECHNOLOGY)

FACE présentera également au public de VIVATECHNOLOGY son projet national TEKNIK qui vise à faire découvrir les métiers de l’industrie aux jeunes à travers un outil innovant : le cubtile. Cet outil est une interface tactile qui permet une plongée en 3D dans différents environnements industriels, qui rend l’apprentissage beaucoup plus ludique et change la perception de l’industrie auprès des jeunes.


Présentation du projet TEKNIK par projetteknik

Nous vous donnons rendez-vous sur notre stand dès jeudi à 14h jusqu’à samedi fin de journée.

No Comments

Le 4 juillet s’est tenu l’évènement de restitution du projet CARVE : Companies Against gendeR ViolencE (« Les entreprises contre les violences de genre ») aux Ministères Economiques et Financiers. A cette occasion, le guide pour les entreprises « Agir contre les violences faites aux femmes » a été présenté. Il constitue le livrable final du projet et vise à outiller les entreprises qui souhaitent s’investir dans la lutte contre les violences perpétrées en dehors du lieu de travail. Bonnes pratiques, conseils, infographies, le livret rassemble toutes les informations utiles pour créer un cadre favorable à la prise en charge des victimes de violences.

La présentation du Guide a été suivie de deux tables rondes :

  • « Agir contre les violences faites aux femmes au sein des entreprises » a permis d’écouter les témoignages et les retours d’expériences des entreprises qui se sont investies sur le sujet, comme les fondations Kering et Raja.
  • « Favoriser l’insertion professionnelle des femmes victimes de violence » a été l’occasion d’évoquer le travail des associations d’accompagnement des victimes, et des programmes des entreprises qui peuvent les soutenir.

Cet évènement a rassemblé 75 participant.e.s, représentant les secteurs public, privé et associatif, témoignant de l’intérêt des différentes parties prenantes à s’impliquer dans la lutte contre les violences faites aux femmes..

En savoir plus sur le projet CARVE.

Télécharger le guide.
Télécharger le poster.

No Comments

A l’heure où 4 entreprises françaises sur 5 ont une répartition femmes/hommes déséquilibrée, la Fondation Egalité Mixité, sous égide de FACE, et ses 4 membres fondateurs AXA, Engie, Michelin et Orange aux côtés du Ministère des Droits des Femmes, lancent un appel à projets en direction de toutes celles et tous ceux qui agissent contre la ségrégation professionnelle.


Qui peut concourir ?

Toutes les associations, fondations ou toutes autres structures sans but lucratif, les centres de recherche et universités, dans tous les secteurs (économie, travail, santé, enseignement, agriculture, culture, défense,…) peuvent concourir jusqu’au 22 mai 2016 à minuit.

 

POURQUOI Agir pour l’Egalité professionnelle et la Mixité des métiers ?

« Nous avons la responsabilité de favoriser l’égalité professionnelle ; cela implique de lutter contre les stéréotypes pour que tous aient les mêmes chances d’évolution » AXA FRANCE

« Parce que c’est un enjeu de citoyenneté » ENGIE

« En tant que premier employeur du numérique en France, nous sommes convaincus que la représentation équilibrée des femmes et des hommes dans nos métiers est un facteur de performance » ORANGE

« Car elles sont sources de richesse, de dynamisme et de performance » MICHELIN

« Cet appel à projets est un pas supplémentaire vers une société où le discours sur les métiers deviendrait neutre dans un monde débarrassé de la subjectivité des stéréotypes » FACE

 

LES CRITERES et le JURY ?

Toutes les thématiques et toutes les filières, sous réserve que le projet commence avant le 1er décembre 2016, n’excède pas une durée de trois ans et se déroule en France et DOM-TOM. (voir les détails dans l’Appel à projet).

-> Priorité à l’innovation sociale :

  • Il n’existe pas de projet identique connu.
  • Le parti-pris est inédit, la question n’a jamais été posée.
  • La solution marque une rupture dans les approches généralement rencontrées.

Le comité de sélection, composé des membres fondateurs, sera organisé en juin. Ses résultats seront rendus publics en juillet. L’annonce des résultats aura lieu lors d’une conférence de presse à laquelle les lauréat.e.s seront convié.e.s.

Dossier à envoyer à : fondation.egalite-mixite@fondationface.org

Pour plus d’information, téléchargez les documents suivants :

Règlement  Dossier de candidature  Budget

Communiqué de presse  Fondation Égalité-Mixité

No Comments

Dans le cadre du projet européen Gender Balance Power Map sur l’accès des femmes aux postes à responsabilité, FACE publie le guide de bonnes pratiques «Co-inspiration entre entreprises classiques et sociales en vue de promouvoir un accès égalitaire aux postes décisionnels». Ce guide est le fruit d’un partenariat européen dans six pays : Belgique, Finlande, France, Italie, République Tchèque et Roumanie. Il a été présenté le 3 mars 2016 lors de la Conférence finale du projet organisée à Bruxelles.

Un guide pour transmettre les bonnes pratiques et écarter les stéréotypes

Un chiffre illustre l’ampleur des progrès à réaliser en matière d’accès des femmes aux postes de décision : en 2012, seules 3,2% des dirigeant.e.s des grandes entreprises de l’Union Européenne étaient des femmes. Gender Balance Power Map est un projet qui vise à réaliser un état des lieux des difficultés auxquelles celles-ci sont confrontées au cours de leur carrière. Ce Guide constitue le livrable final du projet, réunissant des recommandations et des bonnes pratiques nationales et européennes, identifiées lors d’études nationales, et à destination tant des entreprises que des pouvoirs publics. La particularité du projet Gender Balance Power Map réside dans une analyse comparée entre les entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), réputées plus enclines à favoriser l’égalité des sexes, et celles de l’économie classique. Dans ses conclusions, le Guide va à l’encontre des idées reçues : le postulat selon lequel les entreprises sociales sont plus sensibles et égalitaires en termes de genre que les entreprises classiques est illusoire. Ce n’est pas tant le type d’entreprise qui importe que sa taille, la sensibilité et l’attitude de la direction à l’égard de la problématique. La communication des genres — comment éviter d’encourager et de transmettre les stéréotypes — est, par ailleurs, évoquée comme facteur clé de la situation inégalitaire actuelle.

Un projet européen de longue durée pour des résultats concrets

Au cours de ce projet de deux ans, six études nationales ont été menées dans les pays partenaires pour évaluer la perception de l’accès inégal aux postes à responsabilité par les dirigeant.e.s d’entreprises, par leurs salarié.e.s, et pour récolter des bonnes pratiques mises en place au sein des entreprises. Les résultats obtenus ont été diffusés lors de 18 ateliers réunissant professionnels et particuliers pour échanger autour des obstacles persistants et des solutions potentielles. Ce Guide résulte à la fois des conclusions des six études nationales et des discussions qui ont eu lieu au cours des ateliers.

Retrouvez le guide ici et sur le site http://genderpowermap.eu/resource/best-practices-handbook

Nos partenaires projet :

No Comments

Mercredi 3 février, Najat VALLAUD-BELKACEM, Ministre de l’Éducation nationale, Myriam EL KHOMRI, Ministre du Travail, de l’Emploi, du Dialogue social et de la Formation professionnelle, et Patrick KANNER, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports ont annoncé la labellisation de 16 formations portées des Clubs ou impliquant des Clubs FACE, engageant ainsi la Fondation Agir Contre l’Exclusion dans le cadre de la Grande Ecole du Numérique. 7 dispositifs pilotés par les Clubs FACE pour la formation de développeur web junior ont également été annoncé.

FACE et son Réseau, un moteur pour l’emploi et le numérique

Le 5 février 2015, le président de la République, François Hollande, avait annoncé la création d’une « Grande Ecole du Numérique », chargée de « diffuser ses formations partout sur le territoire ». Cette « Grande Ecole du Numérique » a pour ambition de permettre à 10 000 personnes, en particulier des jeunes, des personnes sans diplôme ou en reconversion professionnelle de se former aux nouvelles technologies et de trouver un emploi dans ce secteur en tension d’ici 2017. Les formations labellisées « Grande Ecole du Numérique » associent des initiatives privées, publiques, universitaires ou encore associatives.

7 formations directement pilotées par la Fondation FACE sont labellisées. Les dispositifs portés par les Clubs FACE Hérault, FACE Rennes, FACE Territoire Bourbonnais, FACE Thiérache et FACE Vendée concernent un parcours de développeur web junior qui s’appuie sur un partenariat pédagogique national avec Simplon. Pour FACE Alsace et FACE Calaisis, des consortiums territoriaux spécifiques ont été développés.

De plus, sur les territoires d’Epinal, de Gonesse, de Lyon, de Montreuil (3 formations), de Nantes et de Paris (XIVème et XXème), FACE est partenaire de 9 autres formations locales. Le Réseau FACE y apportera son expertise socioprofessionnelle d’accompagnement vers l’emploi.

Ce jeudi 4 février l’opération de formation « Up To » est lancé à Montpellier, qui constitue le site pilote national pour FACE.

Une pédagogie innovante, des liens forts avec les entreprises

Dans le cadre de ces « fabriques du numérique », FACE mobilisera son écosystème local et national de parties prenantes. Avec l’appui de Syntec numérique qui soutient la démarche, les 5 250 entreprises socialement engagées au sein du Réseau FACE seront sollicitées. Manpower et sa fondation Agir Pour l’Emploi sont particulièrement mobilisés.

Construites sur la base d’une pédagogie active et agile, ces « fabriques » mettront l’accent sur l’insertion socio-professionnelle des publics avec un parcours innovant vers l’emploi, « Start Emploi ». Cette dynamique est fondée sur des liens forts avec les entreprises (mentoring, parrainage numérique…) et le recours au digital pour trouver un emploi, notamment au travers de www.facealemploi.fr première plateforme digitale pour la diversité et l’égalité des chances dans et vers l’emploi. A l’instar de leurs apprentissages du « code », les apprenants seront appelés à co-concevoir leur parcours d’insertion, pouvant notamment déboucher sur une création d’entreprise. Seront ainsi valorisés le travail collaboratif, l’apprentissage par l’action, l’accompagnement de pair à pair…

Téléchargez le communiqué de presse

Plus d’information sur le lancement de l’opération « Up To » à Montpellier

No Comments
Dans le cadre du projet « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe », la Fondation FACE sort une étude nationale sur la mixité professionnelle au sein des entreprises.

En France, la mixité des métiers reste faible : dans le secteur de la construction, en 2015, 88,3% des salarié-e-s étaient des hommes alors que 90% des salarié-e-s du secteur des services à la personne sont des femmes.

Cette nouvelle étude reprend les mêmes constats : sur les 449 répondant-e-s de cette étude, 4 entreprises sur 5 ont constaté qu’il y avait une répartition femmes/hommes déséquilibrée ; mais elle s’intéresse également au recrutement et aux difficultés rencontrées. Seules 1/3 des entreprises estiment recevoir autant de candidatures féminines que masculines : la pénurie de candidatures de femmes se ressent surtout pour les fonctions techniques et les fonctions de direction tandis que ce sont surtout dans les fonctions support ou administratives que les recruteur.rice.s reçoivent moins de candidatures d’hommes. Le manque d’attrait pour le métier est évoqué comme raison principale de ces difficultés de recrutement.

Les bienfaits de la mixité sont partagés par les entreprises interrogées : 90% des personnes interrogées reconnaissent que la mixité professionnelle a un impact positif sur la société. Il apparaît cependant qu’1/3 des entreprises rencontrent des difficultés à mettre en place des actions.

Cette étude est la première étape du projet « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe » cofinancé par le FSE. Cela a permis d’identifier les secteurs en tension, les freins à l’action, mais également les bonnes pratiques. L’année 2016 sera consacrée à la restitution dans les territoires des sept Clubs FACE impliqués dans le projet (Grand Lyon, Métropole Européenne de Lille, Loire-Atlantique, Paris Rennes, Sud-Provence et Var) et à l’accompagnement des entreprises pour la mise en place d’actions concrètes en faveur de la mixité professionnelle.

Télécharger le communiqué de presse
Télécharger l’étude complète

No Comments

Au sein de l’entreprise ou en invitant les entreprises voisines, le monde du travail est invité à se retrouver pour partager un moment de convivialité. La Fondation FACE est partenaire de l’événement depuis sa création. C’est après un échange avec Atanase Périfan, fondateur de la fête des voisins, que Gérard Mestrallet, Président de FACE, décide d’initier en 2012 un premier événement à la Défense réunissant plus d’une centaine de salariés et qui préfigurera la Fête des Voisins au Travail, étendue désormais sur tout le territoire.

A l’heure où le management est progressivement interrogé sur sa capacité à motiver et tirer le meilleur parti des ressources humaines, le principe de cette Fête est unique en son genre : de façon simple et spontanée, inviter les collaborateurs d’une même entreprise, d’entreprises voisines ou partenaires, à se rencontrer et à échanger à l’occasion d’un moment convivial. Des solidarités nouvelles, parfois inattendues, peuvent en émerger, qui, d’une façon ou d’une autre seront profitables à tous dans le futur.

N’hésitez pas à organiser un événement en sein de votre entreprise !

Dans le débat sur le CV anonyme et les méthodes de recrutement non-discriminatoires, FACE est confortée dans sa recherche d’innovations. Avec le CV vidéo, il existe une autre manière d’agir en faveur de la diversité.

18 propositions pour lutter contre la discrimination en entreprise

Aux côtés de différents organismes (organisations syndicales et patronales, d’associations anti-discriminations, de professionnels, d’institutionnels et d’organismes de recherche), FACE a participé aux travaux du Groupe de dialogue inter-partenaires sur la lutte contre les discriminations en entreprise. Après 7 mois de travail, le groupe a remis le 19 mai dernier son rapport et 18 propositions à François Rebsamen, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Christiane Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Installé le 29 octobre 2014 par François Rebsamen et Patrick Kanner, le groupe de dialogue avait pour mission d’identifier les voies de progrès pour réduire les discriminations collectives dans l’entreprise ainsi que d’examiner les mesures nécessaires pour promouvoir les méthodes de recrutement non discriminantes.

L’anonymisation des CV en ligne de mire

Le groupe de dialogue s’est majoritairement prononcé contre le caractère obligatoire de l’anonymisation des CV, jugeant son application lourde et craignant les éventuels effets pervers qu’elle peut introduire dans les processus de recrutement. Des arguments d’ordre technique ont également été avancés : « coût, modalités pratiques, nécessité d’anonymiser également la lettre de motivation ».

La proposition n° 13 suggère de « faire connaître et de favoriser le développement des méthodes innovantes de recrutement non-discriminantes pour les demandeurs d’emplois », à l’image du dispositif facealemploi développé par FACE depuis 2012, favorisant l’utilisation du CV vidéo pour les publics éloignés de l’emploi.

Tout en soutenant le CV anonyme comme l’une des modalités permettant de contribuer à une plus grande diversité dans le sourcing, et d’ailleurs adopté par certaines entreprises de son Réseau, FACE a toujours souligné l’importance de favoriser la diversité dans les recrutements par des voies et moyens mettant en oeuvre une variété d’approches non-discriminatoires. Les méthodes employées in fine par chacune des entreprises doivent nécessairement tenir compte de leur contexte territorial, des niveaux de qualification requis, de leurs modes de sourcing…

Depuis son démarrage, facealemploi, la première plateforme digitale pour la diversité et l’égalité des chances, qui a notamment reçu le soutien du Fonds Social Européen (FSE) et de plusieurs grandes entreprises, a permis de diffuser plus de 3 000 CV vidéo avec un taux de placement (en emploi ou en formation) de 60 %. Plusieurs acteurs de l’insertion (Pôle emploi, Missions locales, CAP Emploi, EPIDE, DE, Universités, CFA…) l’ont intégré dans leur parcours d’accompagnement renforcé vers l’emploi.

Par rapport au CV anonyme, le CV vidéo permet de valoriser le potentiel de chaque candidat et sa motivation. La maîtrise de ses savoirs informels et non-formels est mieux révélée. C’est encore le moyen pour chacune et pour chacun d’affirmer son identité.

 

Focus sur deux autres propositions

Proposition n°4 : Organiser une campagne nationale d’information et de sensibilisation, auprès du grand public et des entreprises afin de déconstruire les stéréotypes.
Proposition n° 9 : Mieux faire connaître et valoriser le « label diversité » en renforçant la perception de son utilité et en reconnaissant mieux les entreprises qui l’ont obtenu pour en encourager d’autres à s’engager dans cette démarche et inciter celles qui ne le peuvent pas, en particulier les PME, à s’en inspirer pour mettre en place des actions de lutte contre les discriminations.

 

2 Comments

Mercredi 29 avril, François Rebsamen, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, et Gérard Mestrallet, Président de FACE et PDG de ENGIE (nouveau nom de GDF SUEZ) ont lancé la Fondation Innovations Pour les Apprentissages (FIPA) dans la Salle des accords du Ministère du Travail.

 

Impliquer tous les acteurs

La FIPA, sous égide de FACE, a pour objet de soutenir le développement de l’alternance sous toutes ses formes, en partant des entreprises. La séance s’est déroulée en présence de 45 PDG et DRH de grandes entreprises et ETI, preuve d’un fort intérêt pour cette forme de recrutement, solution d’avenir pour la croissance, la compétitivité et l’emploi. L’AFEP, le CNAM et le MEDEF, tous trois porteurs d’initiatives pour l’alternance, étaient également présents.


Lancement de la fondation « Innovations pour les… par gouvernementFR

 

Faire émerger de nouvelles formes d’alternance

En 2014, l’apprentissage représentait environ 400 000 contrats. L’objectif du gouvernement est de 500 000 d’ici à 2017. La mission de la FIPA, en plus d’aider les entreprises à atteindre ce chiffre, est de faire émerger de nouvelles formes d’alternance en direction de tous les publics, pas seulement les jeunes mais aussi les seniors et les demandeurs d’emploi, en développant une véritable culture de l’alternance (Priorité n°2 du Rapport remis par Gérard Mestrallet au Chef de l’Etat en avril 2014).

Et d’ainsi :

  • innover pour développer l’apprentissage alterné (CFA, contrat d’apprentissage) ;
  • innover pour développer la professionnalisation alternée (contrat de professionnalisation) ;
  • innover pour développer l’insertion alternée (stage d’insertion, formation des demandeurs d’emploi) ;
  • innover pour développer l’orientation alternée (Service Public Régional de l’Orientation (SPRO), dispositifs d’orientation)

 

« Faire bouger les lignes »

François Rebsamen a expliqué qu’il « faut rapidement faire bouger les lignes », en affirmant que la FIPA permettra de proposer « des réponses nouvelles à de vraies problématiques », dont la mixité en matière d’apprentissage, la mobilité des apprentis, le numérique en faveur de l’apprentissage ou encore le développement de l’apprentissage dans des métiers peu ouverts au sujet. Des réponses qui font écho aux 150 propositions de Gérard Mestrallet remises le 25 avril 2014 au Président de la République.

 

Comment soutenir la Fondation ?

Les entreprises peuvent devenir des « grands partenaires de la Fondation », avec un droit de participation à l’ensemble de la stratégie de la fondation (cotisation de 82 000 euros par an), des « partenaires thématiques » sur l’un des quatre champs d’actions transverses – apprentissage, professionnalisation, insertion ou orientation – (40 000 euros par an), ou des « partenaires socialement engagés » (20 000 euros par an), avec la possibilité d’associer leur entreprise aux actions de la fondation et d’afficher son logo.

En savoir plus sur les différents niveaux d’engagement de partenariat

Contact 

1 Comment

Quelques mois après son lancement, le projet européen CARVE (Companies against gender violence) arrive sur la toile avec un site internet dédié. Supervisé par la Fondation FACE, ce projet sur deux ans cofinancé par le programme Daphné de la Commission Européenne, vise à favoriser l’implication des entreprises sur la thématique des violences faites aux femmes.

5 pays européens concernés

La Fondation FACE a constaté qu’aucune étude européenne n’avait entrepris de recenser les bonnes pratiques des entreprises en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes. Elle a donc répondu à l’appel à projet de l’Union Europénne « Involvement of companies in the fight against gender-based violence » en mettant en place un projet sur cette thématique dans cinq pays européens (France, Belgique, Espagne, Grèce, Bulgarie).

L’objectif général de ce programme est de mieux appréhender l’impact des violences, perpétrées dans la sphère privée, sur la vie professionnelle des femmes et de questionner sur le rôle de l’entreprise auprès des femmes salarié-e-s victimes de violence.

A cette fin, grâce à une étude menée au sein des cinq pays européens concernés, un guide des bonnes pratiques sera élaboré et aura vocation à recenser les initiatives mises en place par les entreprises. Le guide contiendra également des recommandations politiques concrètes à l’intention des décideurs publics. A terme, ce guide a vocation à être diffusé au sein des 28 Etats membres.

Un site internet dédié au projet

logo_carve

Soucieux d’informer sur l’actualité et le fonctionnement de CARVE auprès des acteurs concernés, un site dédié au projet a été développé. Le rôle des 8 partenaires européens, les dernières actualités ou encore les différents rendez-vous majeurs prévus jusqu’au séminaire de clôture du projet à Bruxelles en 2016 sont accessibles depuis le site. Il est aussi possible de télécharger les ressources et documents utiles à la compréhension du projet.

Découvrez le site http://carve-daphne.eu/ (site en anglais)
Suivez l’actualité en continu sur la page twitter de la fondation

Pour en savoir plus sur le projet CARVE

 

No Comments

Mercredi 11 mars, les ministères tunisiens de la Formation professionnelle et de l’Emploi et le ministère des Affaires de la Femme, de la Famille et de l’Enfance ont signé une convention avec le Club FACE Bizerte-Tunisie et les entreprises présentes, notamment Sodexo, Total, et GDF SUEZ, afin de promouvoir l’égalité femmes-hommes sur le plan professionnel.

Cet accord fait parti du projet global « Promotion de l’égalité professionnelle femmes-hommes en Tunisie » lancé officiellement ce même jour. Le projet, piloté par la Fondation FACE, en partenariat avec l’Association des Responsables de Formation et de Gestion Humaine dans les Entreprises (ARFORGHE), est financé par la délégation de l’Union européenne en Tunisie.

 

Favoriser l’insertion des femmes, sensibiliser les entreprises

Selon une étude de l’Organisation de coopération et de développement Économiques (OCDE)*, 60 % des femmes tunisiennes ont fait des études secondaires ou supérieures. Mais leur taux d’emploi ne dépasse pas les 20%. En revanche, 70 % des hommes qui ont fait des études secondaires ou supérieures, ont un taux d’emploi qui dépasse les 60 %. L’enjeu majeur du projet est de réduire les discriminations liées au genre dans le milieu professionnel avec les associations tunisiennes de promotion des droits des femmes, les entreprises et les pouvoirs publics.

Ce projet devrait permettre l’élaboration d’un kit de formation sur l’égalité professionnelle afin de sensibiliser les entreprises tunisiennes et d’accompagner 150 jeunes femmes dans leur insertion professionnelle, notamment dans les régions rurales.

 

150 personnes présentes à l’événement

En présence de 150 personnes, Monsieur Zied Laadhari, Ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Madame Imed Turki, la Cheffe de cabinet de la Ministre des Affaires de la Femme, la Famille et l’Enfance, Monsieur Patrik Flot, Conseiller de Coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Tunisie et Monsieur Patrick Berckmans, Chef de section de Coopération, Gouvernance, Secteurs sociaux et Développement durable de l’Ambassade de l’Union européenne en Tunisie, ont donné le coup d’envoi. L’événement fût clôturé par Monsieur Slim Ben Ammar, Président du Centre des Jeunes Dirigeants International.

Le Club FACE Bizerte-Tunisie, troisième Club d’entreprises international FACE après Bruxelles et Rio, est présidée par Zahra Ben-Nasr. Ses champs prioritaires sont l’emploi des jeunes, l’égalité professionnelle femmes/hommes, l’autonomie économique des femmes en milieu rural, l’école et la formation.

 

Pour aller plus loin

En savoir plus sur le projet Promotion de l’égalité professionnelle femmes-hommes en Tunisie
Télécharger le communiqué de presse

*TUNISIE : Un programme de réformes à l’appui de la compétitivité et de la croissance inclusive – OCDE – mars 2015

2 Comments
12

Nos partenaires